Les ingrédients du stade qui pue… le foot

– Opinion –

Depuis la reprise du championnat, l’échelle du stade correspond à celle de ton écran de TV. Pas de fumigènes, une pelouse bien éclairée et des panneaux publicitaires très visibles, triste… A contre-courant, j’ai demandé à Rudi Katusic, membre des Socios, de citer les ingrédients déterminants pour faire vibrer ce passionné des stades. Les voici: lignes d’architecture rappelant les vieux stades anglais, résonance des chants, proximité du terrain. Nostalgie.

– Grille de lecture –

Rudi a visité presque 3.000 stades à travers l’Europe et distingue 4 grandes catégories:

  1. Rénovation soft – Les vieux stades auxquels on a peu touché. Ils ont une âme mais manquent souvent de confort. On en voit de moins en moins mais ce sont ceux dans lesquels on vibre le plus.

2. Semi-nouveaux – La recherche de l’équilibre entre: identité-ambiance-histoire et confort. Transformé en profondeur, ce stade conserve quelques caractéristiques du précédent.

3. Complètement refait ou « brand new » – L’immense majorité de ces stades sont certes confortables mais architecturalement insipides, manquent d’ambiance et se ressemblent tous.

4. Œuvres d’art – Tu sens bien que les architectes ont fait un effort. Visuellement réussis, ces stades ne « puent » pas le football populaire car trop aseptisés.

– Conclusion –

Après une demi-saison sans public, on exècre déjà les stades complètement refaits. Selon tes préférences, les semi-nouveaux ou les œuvres d’art pourraient te plaire. Les stades légèrement rénovés ont la préférence de Rudi mais pas des présidents de clubs, qui veulent souvent marquer leur passage et privilégient l’aspect financier. Des exemples existent où les aspects culturels ont été conservés. S’en inspirer permettra d’éviter la construction d’un nouvel « éléphant blanc ».

Flamands, séparatistes et supporters du Standard

– De Nederlandstalige versie volgt –

Interview

Koen Albregts est membre du club de supporters Roodhemden Rekem. Avec ses potes, il participe aux déplacements européens.

Avec tout ce qu’on entend sur le communautaire en Belgique, t’es courageux d’oser supporter le Standard en Flandre…

Ça m’est égal. A une certaine époque, quelques Limbourgeois ont contribué à gagner le titre, je pense notamment à Eric Gerets. Cette affection pour le Standard a toujours existé auprès des amateurs de foot limbourgeois.

Huub Broers, ex-sénateur/bourgmestre NV-A des Fourons, tu le vois en rouge dans les tribunes du Standard. Pourtant, il est certainement d’accord avec le premier point qui figure dans le programme de la NV-A. Personnellement, je ne suis pas séparatiste.

« J’ai gagné un bac de bières pour avoir affiché le lion limbourgeois lors d’un déplacement européen du Standard en Suède! »

Au Limbourg, nous avons aussi un lion. J’avais emporté ce lion rouge pour un match d’Europa League à Elfsborg. J’avais parié un casier de bières avec des potes. J’ai accroché le drapeau dans la tribune qui nous était réservée et mon objectif était que la télévision suédoise filme cette image pour qu’elle soit visible jusqu’en Belgique. J’ai réussi.

Quelle est l’image du Standard en Flandre?

Je pense que c’est similaire à ce que les gens pensent en Wallonie. C’est une équipe qui se bat, jusque la dernière minute. Qui joue sur sa combativité et pas seulement sur la technique et nous on aime ça.

Combien de Flamands y a-t-il dans les tribunes du Standard?

Il y en a déjà 4.000 rien que parmi les abonnés, soit presque 20% de tous les abonnés! Et ils ne viennent pas seulement du Limbourg, tu en as jusque Ypres. Par exemple Yves Leterme, tu peux aussi le voir dans les tribunes. A côté de ça, tu as aussi des Flamands qui achètent un ticket pour venir voir un match de temps en temps. Les top clubs en Belgique ont des supporters sur l’ensemble du territoire, du coup le Standard aussi.

Quels sont les clichés sur les Francophones que le Standard contribue à véhiculer?

Il n’y a pas de préjugés sur le Standard. C’est un club puissant et qui se bat. Certains font peut-être référence à des préjudices contre les supporters de la tribune 3 qui seraient violents. Mais c’est aussi le cas du noyau dur d’Anvers, Genk ou Bruges. Il n’y a donc pas vraiment de différence.

« Mon pire souvenir? Le tifo avec Steven Defour décapité en tribune 3… »

Le football a-t-il quelque chose à voir avec la politique?

C’est quoi la politique ? Cela existe dans la culture, l’économie et donc aussi dans le sport. Il y a toujours des choix qui doivent être faits et les clubs ont-ils un rôle social à jouer ? Ou pas ? Tous les avis existent aussi dans la société. La politique joue donc un rôle dans un club de foot si tu la regardes sous cet angle. Mais pas au sens de parti politique.

Quel est ton pire souvenir de supporter du Standard?

Je n’en ai qu’un : le tifo avec Steven Defour décapité en tribune 3. A ce moment je me suis dit, ce n’est plus pour moi. Je me tire.

Que penses-tu des supporters de Malines qui ont sauvé leur club ? Est-ce que c’est similaire à ce que les Socios voulaient faire au Standard ou bien ça n’a rien a voir?

Oui c’est pareil. Les supporters de Malines ont un droit de veto sur le matricule, le nom, les couleurs du club et le logo. Si tu regardes les matchs à domicile, les joueurs portent le maillot avec les rayures verticales rouges et jaunes. Ce n’est pas l’idéal pour voir les sponsors à l’écran mais c’est la volonté des supporters. Hélas, ils n’ont pas pu empêcher les dirigeants d’acheter d’autres équipes il y a deux ans, tu connais l’histoire.

« Regarde ce qui s’est passé au Real Madrid, les Socios ont empêché qu’on enlève la croix sur la couronne de leur logo »

Comment les supporters peuvent-ils influencer la gestion d’un club?

Comme les supporters de Malines, les Socios du Standard peuvent défendre l’identité du club. C’est la première priorité. Cela peut paraître fou mais regarde ce qui s’est passé au Real Madrid. Sur leur logo, il y a une croix sur la couronne en référence au roi d’Espagne. Les nouveaux propriétaires du Moyen-Orient voulaient que la croix disparaisse.  

Les supporters peuvent veiller à ce que la gestion du club respecte les principes de bonne gouvernance comme c’est le cas pour une entreprise, une asbl ou une entreprise publique. Ce sont toujours les mêmes principes qui reviennent. Les dirigeants doivent être transparents, ceux qui ont un mandat doivent être responsables, rendre des comptes. Ils ne peuvent pas prendre des décisions qui mettraient l’avenir du club en péril. Les supporters peuvent jouer un rôle à ce niveau.

Pronostic pour ce championnat?

Avec le noyau actuel, on est bon pour le top 4. On verra fin septembre en fonction des arrivées et des départs. Avec une bonne gestion, le club doit avoir les moyens d’aligner une équipe compétitive et au besoin faire les ajustements nécessaires en janvier. Nous supporters sommes privés de tribune pour faire passer nos messages mais il nous reste les réseaux sociaux pour faire comprendre qu’on suit tout ça de près!

Interview

Koen Albregts is lid van de club supporters Roodhemden Rekem. Met zijn maten neemt hij deel aan Europese verplaatsingen om Standard Luik te volgen.

Met alles wat we nu horen over communautarisme in België moet je echt moedig zijn om in Vlaanderen Standard durven supporten…

Geen probleem. De geschiedenis is dat een tiental jaren geleden, goede Limburgese voetballers, bijvoorbeeld Eric Gerets waren kampioen met Standard Luik. Die affectie van Limburgse voetbal liefhebbers heeft altijd bestaan.

Bijvoorbeeld Huub Broers, ex-Senator/burgemeester NV-A van Voeren, je kan hem zien in het rood in de tribunes van Standard. Hij is zeker iemand die akkoord gaat met punt nr 1 van het programma van de N-VA. Persoonlijk ben ik geen separatiste.

« Ik heb een pils krat gewonnen voor een weddenschap om de rode leeuw vlag te laten zien op de Zweedse televisie ter gelegenheid van een Europa League-wedstrijd ! »

In Limburg hebben we ook een leeuw. Ik had die rode leeuw vlag meegenomen in Elfsborg voor een Europese verplaatsing. Ik had met mijn vrienden een weddenschap gedaan. Ik hang de Limburgse leeuw op in ons supporters blok en de Zweedse televisie gaat die zien en jullie gaan dat zien in België. Dat is mij gelukt. Dus ik had mijn bak bieren gewonnen.

Wat is de imago van Standard Luik in Vlaanderen?

Ik denk hetzelfde als wat de Walen denken. Het is een ploeg die gaat voor de strijd. Een ploeg die graag vecht tot de laatste minuut. Die het moet hebben van kracht en niet alleen van de techniek en daar houden wij van.

Hoeveel Vlaamse supporters zijn er in de tribunes van Standard?

Van de abonees zijn er 4.000 uit Vlaanderen (ongeveer 20% van alle abonnees). Niet alleen uit Limburg, je hebt abonnees tot Ieper. Yves Leterme bijvoorbeeld, je kan hem ook zien op de tribunes. Dan heb je nog de losse ticketverkoop en daar ziet er nog veel Vlamingen bij. De topclubs in België hebben supporters in heel het land dus ook Standard.

Voor jou, wat zijn de clichés over de Walen die Standard besteunt?

Vooroordelen tegen Standard bestaan niet. Het oordeel dat ze graag strijden en dat ze goed hebben van kracht, dat is ook waar. Je zou kunnen zeggen dat men denkt van de harde kern, de tribune 3. En dat ze misschien geweldadig zijn maar dat is bij de harde kern van Antwerp, Genk of Brugge ook zo. Dus daar is geen verschil.

« Mijn slechste herinnering? Die tifo met Steven Defour… »

Heeft volgens jou politiek iets te maken met voetbal?

Wat is politiek ? Het is in de kultuur, ook in de ekonomie en dus ook in de sport. En er zijn altijd keuzes die we moeten gaan maken, ofwel wil je ook de voetbalclubs en sociale rol geven, ofwel niet. Dat zijn meningen die zijn in de maatschappij en dus is dat ook in voetbal. Speelt politiek en rol in de club ? Ja als je het zo bekijkt, maar niet in die zin van politieke partij.

Wat is je slechste herinnering als supporter van Standard?

Ik heb er maar één : die tableau op de Tribune 3 waar het hoofd van Steven Defour gaat afhangen. Dus ja die tifo met Steven Defour… Dat was het moment dat ik dacht: dit is niet meer voor mij. Hier ben ik weg. Dit kan niet.

Wat denk jij over het initiatief van de supporters van Mechelen die eigenlijk hun club hebben gered? Is het een gelijkaardig initiatief als die van de Socios of heeft het hier niets mee te maken?

Jawel dit is precies wat de Socios bij Standard ook wilden. KV Mechelen hebben een veto over het stamnummer, de naam, de clubkleuren, en over het logo. Dus je zal zien dat voor iedere thuiswedstrijd KV Mechelen de rood gele verticale strepen heeft op de truitjes. Dat is niet goed voor televisiebeelden om de sponsorenmerken goed te zien. Maar de supporters willen dat. En dus is het zo. Maar helaas hebben de bestuurders van KV Mechelen ook niet kunnen beletten dat de directie en de voorzitter andere ploegen gingen opkopen… Enfin u kent ook dat verhaal van twee jaar geleden.

« Dat klinkt gek maar als je naar Real Madrid kijkt. De Socios hebben ervoor gezorgd de kruis op de kroon van hun logo te bewaren »

Hoe kunnen de supporters het beheer van een club beïnvloeden?

Zoals de supporters van KV Mechelen kunnen Socios van Standard de identiteit van de club verdedigen. Dat is de eerste prioriteit. Dat klinkt gek maar als je kijkt naar Real Madrid… Die hadden op een logo een kruis op de kroon. Op de kroon van Spaanse koning staat een kruis, dat is de geschiedenis. De nieuwe eigenaren uit het Midden-Oosten wilde de kruis erafgaan.

Vervolgens denk ik dat de supporters de bestuurders andere principes van « good governance » moeten aanvragen zoals het is in een onderneming of VZW of in overheidsbedrijf, dezelfde regels komen altijd terug. Je moet transparent zijn, de mensen die een mandaat hebben moeten zich verantwoorden, rapporteren. Men moet niet dingen willen die men niet kan en zo het hele club in gevaar brengen. Het zijn dingen die ik vind dat bestuurderssupporters moeten doen.

Voorspelling voor dit seizoen?

Het is moeilijk want het hangt af van de kwaliteit van de spelers die we op het eind van de mercato zullen hebben. We weten niet wie op het eind van september nog in de ploeg zal zijn. Als de ploeg van nu zo blijft dan zijn we goed voor top 4. Als we 4-5 goede spelers verliezen, moeten we goede vervangers vinden… Of wachten tot januari om bij te tanken. Momenteel kunnen we niet in de tribunes gaan zitten om onze berichten te laten zien maar via de sociale media kunnen we gehoord worden. We volgen dat allemaal van dichtbij!

– Franstalige versie gepubliceerd op daardaar.be

L’arrière-plan de l’interview du Président Venanzi

– Opinion –

Si tu te limites à la perception manichéenne du foot – les gentils contre les méchants, les Wallons contre les Flamands, les professionnels contre les amateurs – il ne faut pas se plaindre que ceux qui vivent sur ton dos te prennent pour un veau. Alors au Standard, on essaie d’être en même temps critique et de mauvaise foi, je comprends la démarche.

– Contexte –

Dans le foot business que les supporters aiment détester, les droits TV sont devenus indispensables. Le Standard a tenté de les négocier séparément. Pour l’interview exclusive, le club a communiqué de façon top-down via ses propres canaux, ce qui a vexé quelques journalistes. Résultats moyens, campagne de transferts IN manquée, le président Venanzi est devenu une cible depuis l’histoire du refus de la licence. Bye bye Twitter et la communication horizontale.

– Conclusion –

Sur le fond de l’interview, on n’a pas appris grand-chose. Sur la forme, le Standard se profile de plus en plus comme « content owner ». Les contenus qu’il produit et diffuse lui appartiennent, c’est son droit. Les droits sur la compétition: Pro League, Coupe de Belgique, Europa League, c’est autre chose. La priorité de la direction doit être de travailler sa sphère d’influence à la Pro League, la RBFA, l’UEFA,… Alors tu verras, les résultats suivront.

Le Standard et Charleroi se sont encore fait fumer

– Opinion –

Je me souviens d’un match de Udinese au Stadio Friuli, à l’époque de Régis Genaux. Il faisait jour. C’était le vieux stade, il n’y avait pas de toit au-dessus des tribunes derrière le but. A travers la fumée des fumigènes, on devinait la ville, on entendait les chants des supporters, ça te foutait littéralement les poils!

– Contexte –

Résultat sportif du dernier derby wallon le 1er mars: défaite 2-0 à Charleroi. Comme souvent, dans les tribunes on gagne le match. Les deux clubs seront-ils mis à l’amende pour « utilisation de matériel pyrotechnique par les supporters ». Si c’est le cas, je crois que notre Président va demander un étalement.

– Conclusion –

Les nouveaux stades dits ultra-modernes permettent de satisfaire les spectateurs ayant accès au match via un média, au détriment des personnes présentes sur place dans et en dehors du stade. Ok, John s’impatiente dans son fauteuil… Ça l’embête d’attendre un peu, le temps que la fumée se dissipe? Je crois qu’il est bon de rappeler que s’il n’y a personne dans les stades, il n’y aura bientôt plus personne devant les télés. On parie?