Bienvenue à Bruno Venanzi à la tête de notre club. En route pour une participation des supporters au capital du club !

Communiqué du 24 juin 2015

Nous tenons à faire part de notre grande joie à l’annonce de ce jour du rachat de notre club par Bruno Venanzi. Le projet « SOCIOS-STANDARD » a été lancé alors que notre club risquait d’être vendu à un fond d’investissement hollandais (Value8) par sa précédente propriétaire. Les dernières semaines, ce même investisseur sera revenu à la charge afin de racheter le club.

Nous sommes très heureux qu’il n’en soit rien. Le Standard de Liège n’est pas une simple entreprise commerciale, c’est une institution de notre région garante d’un patrimoine populaire auquel nous, supporters, sommes attachés.

Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, lors de la conférence de presse donnée ce matin, Monsieur Venanzi a en outre annoncé qu’il comptait ouvrir le capital du club aux supporters dans un délai de 3 à 5 ans sur le modèle des « socios ». Si ces modalités restent à peaufiner, ce projet est celui pour lequel nous nous battons depuis plus de 2 ans et nous sommes ravis qu’il puisse aboutir demain.

Revente de notre club à un fond d’investissement étranger :  Et si l’on privilégiait plutôt une solution locale

Communiqué du 4 décembre 2014

Nous tenons à faire part de nos plus vives inquiétudes quant à l’annonce d’un possible rachat de notre club par un consortium financier d’Abu Dhabi. Le projet « SOCIOS-STANDARD » a été lancé alors que notre club risquait d’être vendu à un fond d’investissement hollandais (Value8) par sa précédente propriétaire.  Nous nous retrouvons aujourd’hui dans la même situation.

Read more

Nous voulons sauver l’identité du Standard

Communiqué du 12 novembre 2014

Les socios ont tenu à ne pas prendre position publiquement lors de la nouvelle situation de crise qu’a connu les dernières semaines notre Standard de Liège et ce en raison, principalement mais pas exclusivement, de ses mauvais résultats sportifs. Aujourd’hui que le calme est revenu, nous tenons à signaler combien nous sommes convaincus que cette nouvelle crise (elle n’est ni la première ni la dernière) montre la nécessité de repenser structurellement la relation entre notre club et ses supporters, et ce au-delà de la désignation d’un conseiller.

Les événements des dernières semaines ont montré à quel point il est important de considérer qu’un club de football ne peut être géré comme un simple business. Au Standard, encore plus qu’ailleurs car ce club c’est, d’abord et avant tout, une identité, mais ce sont aussi des joueurs, des supporters, des bénévoles, une école de formation des jeunes, du personnel et une ferveur populaire portée par toute une région et même très loin au-delà.

Dans un contexte où les supporters, dans toute leur diversité, ne peuvent pas être entendus et écoutés, nous constatons avec regret que l’on aboutit de manière répétée à des situations de friction et de blocage.

Le projet « SOCIOS-STANDARD » interpelle la direction du Standard de Liège : il faut sortir du mécontentement actuel par une démarche positive et concrète en permettant un investissement direct des supporters dans le club afin de lui assurer transparence, pérennité et stabilité. Le club a tout à gagner à associer  ses supporters dans le cadre d’une gestion plus transparente et participative, en leur permettant donc d’être mieux informés de la situation du club,  d’être conscientisés et responsabilisés.

Nous sommes convaincus que le projet SOCIOS constitue une solution d’avenir crédible, dans le respect de toutes les parties. En témoignent, la montée en puissance partout en Europe de la revendication en faveur de l’actionnariat populaire des clubs et la multiplication des projets SOCIOS (France, Angleterre, Irlande, Espagne, Portugal, etc). Les Socios du Standard n’ont d’ailleurs pas tardé à entrer en contact avec les porteurs de ces initiatives, à travailler avec eux en réseau et à recevoir le soutien de Supporters Direct, la plus grande organisation européenne de défense de l’actionnariat populaire des clubs de sports.

 

Les Socios du Standard ont également mis en place une structure coopérative à disposition des supporters et des investisseurs locaux qui nous permet d’être aujourd’hui, aux côtés des autres clubs et associations de supporters, les garants de l’identité de notre Club.

Nous appelons les supporters qui n’ont pas encore franchi le pas à nous rejoindre et à nous aider dans notre démarche.

Nous tendons également la main à la Direction ainsi qu’à la Famille des Rouches et à tous les clubs de Supporters. C’est tous ensemble que nous assurerons le meilleur avenir pour notre club.

Et si le prochain départ au Standard était celui de Roland Duchâtelet et la prochaine arrivée celle des supporters ?

Communiqué du 5 juin 2013

Initiative  des « socios » : « Nous voulons TOUJOURS racheter le Standard ! »

Il y a un peu moins de deux ans (le 15 juin 2011), était lancée l’initiative « Nous voulons racheter le Standard » qui proposait qu’une partie importante du Standard de Liège, institution phare de la région liégeoise, puisse être achetée par ses propres supporters sur le principe des « socios », une pratique déjà en place au Portugal et en Espagne pour des clubs qui, comme le Standard, jouissent d’un important soutien populaire. L’idée était la création d’une société coopérative (SCRL), c’est-à-dire une association de personnes partageant une identité et un projet collectif avant d’être une mise en commun de capitaux, détenue par les supporters eux-mêmes qui achèteraient tout ou partie du club.

Malheureusement, malgré plus de 5500 souscripteurs et des promesses d’achats de parts pour un montant avoisinant 3.25 millions d’euros récoltés en à peine une semaine, cet élan populaire n’a pas été entendu par la direction et les propriétaires du Standard, et le club a été racheté par Roland Duchâtelet pour une somme non communiquée  mais estimée à 32 millions d’euros.

Deux ans plus tard, plusieurs des craintes qui étaient les nôtres se confirment. Par nature, les supporters constituent des investisseurs stables, soucieux de pérenniser le club et d’intensifier son ancrage local et son action sociale.  Au contraire, le nouveau propriétaire du club a vendu pour environ 40 millions d’euros de joueurs, les meilleurs joueurs quittant le club à chaque mercato (Steven Defour et Eliaquim Mangala à Porto pour 12.5 millions, Axel Witsel à Benfica pour 8 millions, Mehdi Carcela à Anzhi Makhachkala pour 9.1 millions, Christian Benteke à Genk pour 1.5 millions, Felipe Trevizan à Hanovre pour 2 millions, Mémé Tchite à Bruges pour 1.2 millions, Gohi Bi Zoro Cyriac à Anderlecht pour 2 millions) et n’a même pas investi 40% de cette somme selon les chiffres relayés par la presse (14 millions d’euros). Comme en témoigne la somme de 20 millions d’euros récemment retirée des caisses du club, ou le « salaire » mirobolant (de l’ordre d’un million d’euros l’an dernier et de deux cette année selon nos sources) que s’octroie Roland Duchâtelet via une de ses sociétés (car il y a bien UN gros salaire au Standard), ce dernier rembourse à grande vitesse son investissement de départ aux dépens de la qualité de l’équipe. Par ailleurs, les organes de décision s’éloignent du club et de Liège, en témoigne le licenciement de Pierre François remplacé par la holding ELEX ainsi que divers départs (moins médiatisés) au sein de l’Académie qui forme les jeunes joueurs. Enfin, et ceci est la conséquence de cette politique, le divorce entre le club et les supporters est grandissant.

Read more